Fifa for Schools (F4S) : Le marocain Mustapha Hadji, une des légendes du football mondial bientôt à Djibouti.

Le joueur le plus emblématique du Maroc, Mustapha Hadj, surnommé le brésilien africain, sera présent à Djibouti du 08 au 12 mai prochain.
La star marocaine va venir dispenser sur place, au stade El-Hadj Hassan Gouled avec une autre légende du football international, Mme. Clémentine Touré, une formation technique de pointe dans le cadre du projet Football for Schools (F4S) de la fondation Fifa (Fédération internationale de football association).

A cet effet, nous avons voulu marquer la venue de ce grand joueur africain dans notre beau pays en réalisant notamment à travers le présent article un billet portant sur sa riche et belle carrière footballistique. Corolairement à cela, il est à noter tout d’abord Mustapha Hadji est né le 16 novembre 1971 à Ifrane Atlas Saghir, province de Guelmim au royaume chérifien du Maroc. Hadji, ancien milieu de terrain de l’équipe du Maroc de football, est aussi un footballeur international marocain qui occupe actuellement les fonctions de conseiller à l’équipe nationale de football du Maroc. Et, au survol de sa carrière professionnelle, il en ressort que de 1993 à 2002, Mustapha Hadji totalise douze (12) buts en soixante-quatre (64) sélections. Mustapha Hadji est de même le frère aîné de Youssouf Hadji et le père de Samir Hadji et Zachary Hadji qui sont tous les deux jeunes footballeurs franco-marocain en activité.

Pour rappel en outre et de tous les joueurs marocains, Mustapha Hadji est sans doute l’un des plus emblématiques. En plus de sa vitesse et son incroyable sens du but, le numéro 7 de la sélection marocaine possédait cette souplesse dans le dribble qui caractérise bon nombre de joueurs nord-africains.
Mustapha Hadji était aussi un artiste, n’ayons pas peur des mots. Et c’est justement avec son pays qu’il va connaître les plus beaux moments de sa carrière. Mustapha Hadji a sublimé le monde entier par ses performances de haut vol avec sa sélection nationale. Par contre, sa carrière en club n’a pas été à la hauteur de son talent. Mais, pour autant c’est un joueur considéré comme l’un des plus fins techniciens du football africain.

Ensuite, aux yeux de tout à chacun, il apparait que Mustapha aime en outre son pays. Pour preuve, il a refusé une sélection avec les Bleus pour porter les couleurs des Lions de l’Atlas. « La concurrence était beaucoup trop forte chez les Bleus. Et puis, le Maroc est toujours resté dans mon cœur, même si je dois ma carrière à la France. » explique-t-il. Ainsi, il a pu disputer deux Coupes du Monde avec le Maroc. La première en 1994 aux États-Unis et la seconde dans son pays d’adoption la France en 1998. C’est d’ailleurs cette dernière année de mondial qui sera l’année de consécration pour lui. Et, il va alors y aligner des prestations exceptionnelles avec sa sélection nationale. Notamment ce fantastique ciseau retourné acrobatique, ayant marqué tout le monde, qu’il a inscrit à la dernière minute face à l’Égypte lors de la CAN 98 et qui permet à son équipe de se qualifier pour les quarts de finale. Ou, ce but incroyable face à la Norvège après une course de soixante mètres qui donne l’ouverture du score à son équipe durant le Mondial 1998. Il était tout proche de guider les siens vers le second tour. Et, c’est le manque de sérieux dont a fait preuve le Brésil lors de ce même Mondial pour son dernier match de poules devant la même Norvège qui a eu raison des marocains. Mais, c’est également bel et bien ces deux grands moments inoubliables qui lui permettront de décrocher le Ballon d’Or Africain cette année là au nez et à la barbe de Jay-Jay Okocha, de George Weah, de Nwankwo Kanu ou de Benedict McCarthy.

Le meneur de jeu marocain est d’un autre côté vraiment attaché à son pays, pour lui la sélection nationale est plus importante qu’un club. C’est pour cela que sa carrière n’a pas été aussi glorieuse qu’avec le Maroc. Le milieu offensif a connu des clubs de second rang en France avec Nancy, l’Espagne avec le Deportivo La Corogne et l’Espanyol Barcelone, le Portugal avec le Sporting Portugal et l’Angleterre avec Coventry et Aston Villa. La Première League anglaise reste également un grand moment pour l’homme aux soixante (62) capes d’aujourd’hui qui pense que le football sur le sol britannique est une religion. « Je me souviens de la folie la veille du « Boxing Day » pour se procurer les billets et où il y avait carrément des cotisations faites à Noël pour avoir l’argent nécessaire. En Angleterre, l’amour du club est unique. Après cela, Mustapha partira évoluer en Allemagne et il finira finalement sa longue carrière au Luxembourg.

Ce grand joueur africain reconnaît de plus qu’il n’a pas eu l’opportunité de jouer dans une des grandes formations de son époque. Il a eu par conséquent du mal à conserver en club l’excellent niveau de jeu qu’il avait ordinairement avec les « Lions de l’Atlas ». Mais, il affirme n’avoir à présent aucun regret dans ses choix d’équipes et garde de bons souvenirs. Notamment au Portugal, là-bas, j’ai découvert le vrai football. On jouait devant soixante mille (60 000) personnes lors des matchs et pour les entraînements, ils étaient trois ou quatre mille (3 000 ou 4 000) supporters. C’était une belle aventure, il m’a alors fallut m’affirmer dans un pays que je ne connaissais pas et dont je ne parlais pas la langue. Ma motivation était énorme. En ce sens, concours mon passage au Deportivo ; « C’est un magnifique souvenir » car c’était un nouvel échelon à gravir. J’y ai beaucoup appris et à l’époque, il y avait presque la moitié de l’équipe du Brésil championne du monde en titre, comme Bebeto, Donato, Rivaldo ou Mauro Silva. Mustapha Hadji reste et restera donc sans nul doute une icône, du football pour tout le monde et de tous les temps, œuvrant toujours pour la promotion du ballon rond. Et, c’est à ce titre qu’il a été l’un des ambassadeurs de la Coupe du Monde en Afrique du Sud aux côtés de George de George Weah, d’Abedi Pelé, de Roger Milla et de plusieurs autres joueurs du continent africain. C’est un symbole du football marocain, une idole incontestable pour tout un pays, pour tout un continent et pour le monde.

Enfin, pour clore notre billet sur l’international marocain et pour mieux illustrer le parcours professionnel exceptionnel de ce grand joueur africain, nous vous présentons succinctement ci-après son palmarès personnel.

Fifa for Schools (F4S) : Le marocain Mustapha Hadji, une des légendes du football mondial bientôt à Djibouti. © fdf.dj – Mai 2022.